Ouverture d’un premier canyon au Chili

Mardi 11 janvier

Nous partons à 7h15 notre pilote roule plus vite sur les pistes poussiéreuses et défoncées que sur la route normale et toujours pas de ceinture de sécurité…il nous laisse à l’endroit décidé ; le rio est toujours aussi fort, nous passons une bonne heure à essayer de traverser puis nous finissons par nous mettre à l’eau (vive !) De l’autre côté, c’est la jungle et retour à la macheta. Après 45 min de progression-sangliers, on aperçoit l’étroiture du canyon en contrebas qui semble très esthétique mais malheureusement beaucoup trop d’eau ; on redescend par un autre endroit car on s’est bel et bien perdu et toujours à la macheta…
Nous voici sur sur la piste vers le chemin que nous avons entamé hier. Cette fois on traverse le rio et on trouve une vague sente que l’on pense laissées par des pêcheurs.
Pendant une heure, on poursuit en  se disant que quelque chose de bien se profile dans le canyon…
On reviendra avec le matériel d’équipement…

Le volcan Osorno

Mercredi 12 janvier
Rendez-vous à 8 h, notre pilote arrive à 8h45…
Alfonso, 65 ans, le local du coin, vient avec nous pour garder ses vaches. Il s’extirpe de la voiture et, le temps de nous retourner, il est déjà sur le chemin à mach 12. On peine à le rattraper et je me demande pourquoi cet homme marche si vite pour garder ses vaches.
Toujours est-il que nous arrivons à sa cabane en 10 min de marche au lieu des 30 minutes d’hier (Merci Alfonso !). Je pense qu’il veut traire les vaches, mais non… une fois arrivés au rio, il nous rejoint, bottes au pied, nous indiquant le chemin et prend la tête du groupe. On arrive au départ de la première section de marche du canyon, au-delà beaucoup de jolis toboggans s’enchaînent jusqu’à une cascade de 3, puis 5, puis 15m, magnifique !
Résultat : 1er canyon ouvert et d’après Richard exploitable pour ses clients…

Equipement du canyon

Un des tobogans du canyon

Jeudi 13 janvier
Sommes-nous à Knott le Zout ? C’est tout comme, et pour la température et pour la pluviométrie. On feuillette les pages de nos guides pour savoir ce qu’on va bien pouvoir faire de cette journée.
Trop tard, il ne pleut plus, donc direction Ko’Kayak  pour une descente en Raft…whaou !!! Les rivières sont à la mesure du pays ; c’est plus large qu’en France, plus d’eau, mais du coup c’est moins technique. Un bon moment en tout cas. Demain, je ferai la même en hydrospeed avec mon sac Canyon en lieu et place du flotteur. Cet aprèm, retour à Puerto Varras… Officieusement je suis LE Français spécialiste de cette ville, les gens me reconnaissent dans la rue« ola Bruno como estas » ; pas un marchand d’empenada con carne qui ne me salue point et je suis le meilleur client du cyber-café du coin.
A ce propos, le monde est petit : J’ai reçu un e-mail de Vincent, de Aguaventura de Pucon, un français installé là-bas depuis quelques années, qui il me dit ceci : « Salut Bruno, j’ai appris que tu étais a Santiago dimanche, vous ne passez pas inaperçu avec vos sacs Expé »… ??? J’vous jure, M’sieur, c’est pas moi qui lui ai dit !!!

Une journée d’exploration grâce à Richard. On embarque dans un raft pour repérer les arrivées de canyons et les embouchures des rivières mais c’est immense…  A la fin de la matinée nous perdons tout espoir de trouver un sentier, ce sera sera plutôt deux voire trois  jours de machette…A réfléchir. Dans l’après-midi, direction les chutes de Petrohue d’où l’on repère l’arrivée de 2 canyons dont l’approche doit se faire du bas après avoir traversé un rio et des rapides à la nage…

Rendez-vous est pris avec Richard pour demain pour explorer la rivière et ses affluents sur la route de Cochamo.