Nouvelles des Boursiers

Les lauréats 2012

Ils sont en train de peaufiner leur film, histoire de remporter le Grand Prix des Bourses Expé 2013 ! La compétition se déroulera le 20 novembre, dans une salle annexe du Summum de Grenoble, à 17 h 30. Entrée libre et plein d’aventure avec les lauréats sur scène…
Je sais, c’est tôt, mais vous pourrez aussitôt enchaîner sur la soirée au Summum, et assister à la proclamation du gagnant et à la projection du film primé devant les 3000 afficionados de la montagne !
Ambiance garantie…

Les lauréats 2013 sont presque tous rentrés.

L’équipe du Svalbard a fini son voyage en stop depuis l’Ecosse, où leur beau voilier était en réparation, à lire sur leur blog.

Serge Hardy, notre miraculé du Khan Tegri prépare la première diffusion de son film sur cette aventure qui aurait pu finir dramatiquement sans leur condition physique et leur connaissance e la montagne. A lire ici.
A lire ici bientôt son récit haut en couleur ! Ils ont une bande annconre du film qui met bien l’eau à la bouche :

 Quant aux highliners du Mexique, entre les cyclones et les négociation difficiles avec les villageois qui gèrent le gouffre des Hirondelles, ils finissent avec quelques difficultés leur périple bien commencé par ailleurs. A suivre ici

Vincent Kronental vient de raconter l’ascension ultime de son séjour en Bolivie, avec les 6439 m de l’Illimani, haute en couleur et froide en température. A lire et à regarder sur son blog.

A suivre.

Le charme obscur de « Glooomy »

Il aura fallu six jours aux canyoneurs de l’équipe Aotearoa pour venir à bout de « Gloomy » un canyon sévère, aquatique, obscur (d’où sa toponymie). Six jours racontés par les membres de l’équipe sur leur blog avec belles photos et beaux textes. Un modèle du genre pour les Bourses Expé !

Et en avant première, ils nous offrent quelques minutes en vidéo, histoire de partager cette ambiance démoniaque, en attendant le film à leur retour !

 

Une journée fructueuse

http://aotearoaexpedition.wordpress.com/2013/02/21/une-journee-fructueuse/

Waterfall Creek – 20 février 2013

Equipe : Didier, Alexis, Thomas, Jérémie et Simon.
Ce matin, départ vers le sud nous allons nous confronter à une végétation sèche dense et agressive sur la marche d’approche. Nous avons déjà exploré deux canyons dans ce secteur et nous savons que l’approche ne sera pas simple. Un semblant de sentier nous amène à cinq cent soixante mètres d’altitude avant de disparaître (comme prévu sur la carte). L’aventure commence nous progressons dans les arbustes épineux qui nous arrivent au mieux à hauteur des genoux, au pire au dessus de la tête. Nous nous extirpons lentement de cette végétation, pour rejoindre des éboulis plus ou moins stables mais sans épineux. Nous retrouvons ensuite les hautes herbes parsemées de plantes piquantes, nous regrettons presque les escalades dans les forêts humides et denses du nord du camp.
Neuf cent cinquante mètres d’altitude, l’entrée du canyon est peut engageante, personne n’en parle mais nous avons tous les cinq l’impression que ces deux heures trente d’approche vont juste nous servir à descendre à pied (pas de vasques, ni de cascades), un mauvais torrent. Mais une fois de plus, a sept cent mètres d’altitude, le torrent s’encaisse, une première cascade apparaît et nous retrouvons le moral (que nous n’avions pas vraiment perdu). Encaissement marqué, geyser, cascades, vue sur le lac : on se régale.

Dix sept heure, il nous reste quatre goujons et cent cinquante mètres de dénivelé à descendre, il va falloir économiser les gars !!! Dix huit heure plus de goujons et il reste une cascade pour finir dans le lac Wanaka. Après une courte réflexion, on sort le perforateur et deux amarrages forés, avec deux anneaux de dynéma nous permettrons de descendre dans un trou où s’engouffre la cascade pour se jeter dans le lac : un véritable bouquet final, pour cette belle journée. Vingt heure, retour au camp côtes d’agneau, riz, verre de rouge et tout le monde au lit.

Premiers canyons en Nouvelle-Zélande

A lire aussi sur le blog de l’expédition :

http://aotearoaexpedition.wordpress.com/2013/02/14/premieres-explorations/#

2013_02_14_reperages_gignoux_006-2 2013_02_14_reperage_joe_lemaitre_030-2 2013_02_14_reperages_lemaitre_002-2 OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA 2013_02_14_reperag_cushat_bedoire_014-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_056-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_037-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_024-2 2013_02_12_trajet_makaroa_gignoux_016-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_003-2

Aujourd’hui, 13 Février, journée transport !
Nous sommes partis de Christchurch pour rejoindre Alain sur Wanaka et filer sur Makarora. Après sept heures de route, une pose baignade pour certain dans le lac Tekapo, nous sommes arrivés à destination. Nous avons planté le campement dans une jolie vallée d’où l’on voit déjà quelques canyons probablement vierges !

14 Février :
Ce matin, Bruno et Didier (qui ont déjà œuvré dans cette zone il y a quatre ans) nous ont emmené voir des objectifs de prospection qu’ils avaient repérés. Après avoir vu un nombre impressionnant de canyons, nous avons divisé le groupe en trois équipes bien énervées et nous sommes allés repérer les accès…

Le trio Alexis, Gilles et Bruno part repérer l’accès  d’Harris creek. Nous suivons une crête qui nous emmène vers la courbe des 200 m. il nous a fallu escalader dans les mousses et les fougères pour passer une barre rocheuse. Nous continuons à monter quand la pluie nous arrose copieusement. Après quelques chutes et glissades nous atteignons la courbe des 500 m. Nous rejoignons enfin la rivière. Un peu de satisfaction tout de même dans cet univers végétal ou la progression reste difficile. Nous buvons une gorgée d’eau  tandis qu’Alexis fait un point GPS. Bon, il est temps de redescendre car nous devons récupérer l’autre équipe à 17 h. Bien trempés, nous repartons en ne suivant pas la trace précédente bien évidemment. C’est donc en « slip mouillé » que nous rejoindrons les copains !

L’équipe Simon, Didier et Anthony va repérer Cushat Creek . Bien énervés nous traversons le lit d’une grosse rivière en espérant ne pas trop se mouiller mais finalement nous ne sauvons que le haut du tee-shirt. S’en suit une belle randonnée entre les fougères arborescentes  qui  au fil du dénivelé que nous accumulons nous mène à quelques escalades végétales nécessaires pour franchir de petites barres rocheuses (où plutôt moussues !). Nous arrivons sans trop de mal au lieu que nous nous sommes fixé. Superbe cette forêt primaire. Retour en utilisant une petite variante pour éviter les petites verticales, qui avec les sacs seraient pénibles. A nouveau l’eau glacée jusqu’à la taille…. Et retour au véhicule, il n’est pas trop tard, nous filons à la rencontre des autres équipes.

Le team Sandy, Tot et Jérémie s’engage dans la jungle pour repérer l’accès de Joe Creek… Nous entrons dans cette forêt luxuriante, et d’entrée un oiseau au chant vraiment hallucinant prévient ses potes de notre arrivée ! Ce lieu est surprenant de part l’épaisseur de mousse et d’humus sur laquelle nous marchons, les fougères arborescentes et les énormes arbres. Rapidement notre progression devient difficile car la forêt est incroyablement dense ! Nous rejoignons une crête qui normalement va nous permettre d’accéder au sommet des cascades observées de la route…
Après deux bonnes heures et trois cent cinquante mètres de dénivelé, nous sommes trempés par la végétation et la pluie qui se met à tomber. Mais nous entendons au loin notre canyon « Joe » ! Nous sommes tous les trois vraiment excités par cette première approche et nous arrivons enfin à le rejoindre… Nous installons une petite corde et Tot descend quelques mètres pour voir le premier obstacle : une cascade en toboggan de 20m, et derrière ça à l’air d’enchaîner serieusement…
Nous attaquons ensuite la descente qui se révèle difficile car les fougères nous cachent les obstacles dans l’épaisseur de l’humus… Nous tombons souvent dans l’épaisse végétation et Sandy a la mauvaise idée de marcher sur un nid d’abeilles plutôt hostiles et se fait piquer un peu partout… Mais il arrive quand même à s’échapper !
Sur la fin, nous « bartassons » comme des sangliers pour rejoindre la route.
Nos potes d’expéditions viennent nous récupérer en voiture et nous rentrons au camp plutôt crevés, heureux de cette première immersion dans les forêts de Nouvelle Zélande !

C’est parti pour la dernière expédition 2012 : les canyons de Nouvelle-Zélande

Dernière expédition à partir, compte tenu de l’été austral, l’expédition Aotearoa (essayez de faire une effort, vous verrez que cela se lit bien si on prononce toutes les voyelles…).

Voici comment ils le présentent :  » Cette expédition, est un projet réalisé par un groupe de spécialistes de la descente de canyon. La nouvelle Zélande est une île ou le mot nature prend tout son sens. De part les montagnes et les glaciers, elle offre dans ses paysages insolites de nombreux canyons qui restent à découvrir. Les objectifs de l’équipe seront d’ouvrir une voie au cœur de ces rivières de montagnes afin d’ offrir de nouvelles possibilités de descente aux amoureux de l’activité. Au terme de cette expédition géographique et sportive nous réaliserons un topoguide des canyons explorés. Nous ferons également un film et reportage photo et nous publierons des articles dans des revues spécialisées.« 

Pour suivre les découvertes :  http://aotearoaexpedition.wordpress.com/

Le site du projet : http://aotearoa2013.free.fr

Des news de « 50° au Pérou » : les premières parois à ski…

Vu sur leur blog :

Nous revenons de 4 jours en montagne, après 20h de sommeil, et une bonne ration de patate, on arrive enfin à réfléchir et vous donnez des nouvelles. Pendant ces jours, nous avons réalisé l’ascension et la descente à ski de l’Ishinca 5530 mètres et du Ranrapalca 6162 mètres.

Nous sommes partis de Collon, un petit village de montagne, où Dimitrio nous attendait avec ses deux chevaux, nous chargeons les beïïtes, et galopons en direction du premier camp de base, 15 kms plus haut à 4400 mètres d’altitude, la météo étant capricieuse, nous jouons au carte sous un gros bloc.

Le lendemain matin nous prenons le rôle des mules, très chargé nous montons au camp supérieur à 5000 mètres où nous déposons notre maison et lancé comme trois mobylettes nous atteignons le sommet de l’Ishinca à 10h30. Nous faisons nos premières courbes dans la douce neige péruvienne. Nous rejoignons notre tente au camp supérieur pour se mettre à l’abri des orages de l’après midi.
Après une courte nuit de sommeil, le réveil sonne à 2h30, et nous voilà parti à l’assaut du Ranrapalca. En 2 heures nous atteignons le pied de sa face Nord Est, au fur et à mesure de notre montée, alors que le soleil se lève, le paysage se dévoile à nos yeux. Nous découvrons l’ambiance, la beauté et l’engagement d’une face nord au soleil…

Plus nous grimpons, plus la face est raide, et plus il y a de nuages. Le mauvais temps arrivant plus vite que prévu, nous faisons la course avec les cumulus qui sont mieux acclimatés que nous. Les 6000 mètres d’altitude se faisant fortement ressentir, nous arrivons tant bien que  mal sur l’arête sommitale. La tempête arrivant nous préférons chausser les skis que de se faire dérouiller au summit.

Nous voilà maintenant, ski au pied, dans la face à  55° où chaque virage demande un maximum de concentration. La descente se déroule au rythme de timides éclaircies.  Après 700m de virages sautés, nous arrivons au pied du Ranrapalca heureux comme 3 galinettes cendrées.

L’Inshinca 5530m, notre premier sommet.

L’Ishinca 5530m, notre premier sommet.

A cours de nourriture, les 3 mobylettes mauriennaises attaquent, sur les jantes, la descente jusqu’au camps de base à 4400m.

La face NE du Ranrapalca, en rouge le trace de notre voie

En vue de mauvais temps, nous décidons de rentrer à Huaraz le lendemain.
Bisous a tous

Découvrez les projets lauréats de la 20e édition des Bourses Expé

Les lauréats des Bourses Expé 2012 sont en ligne !

Vendredi 13 avril, les lauréats et les partenaires des Bourses Expé se rencontrent chez Expé.

1 – 50° au Pérou, 4 mai au 30 juin 2012

Une expédition de ski extrême au Pérou, dans la Cordillère Blanche. Ascension de sommets mythiques de 6000 m, et descente à ski et à Télémark, ce qui sera à chaque fois une première...

2Trango Project, 8 juin au 20 juillet 2012

Les tours de Trango, au Pakistan : c'est un must par l'esthétique de la paroi. Deux jeunes grimpeurs vont tenter de libérer en totalité la voie mythique "Eternal Flame"...

3Torngat, 1er juillet au 1er août 2012

Une expédition naturaliste dans les monts Torngat, au nord arctique du Québec, sur la rivière Koroc...

4 Tsingy 2012, 10 septembre au 15 novembre 2012

Expédition de spéléologie sur les tsingy de Madagascar, éclairée par les nouvelles images Google qui montrent des potentiels exceptionnels au centre de ces massifs calcaires impénétrables... à Nosy Hara et sur l'Ankarana.

5Aotearoa 2013, 8 février au 15 mars 2013

Une expédition de prospection de canyonisme dans l'île sud de Nouvelle-Zélande. Potentiel énorme, paysages splendides... Une aventure de copains spéléos et canyonistes en quête de nouveauté.