L’expédition Deep in Baffin est partie…

Les membres de l’expédition Deep in Baffin, 2014, sont partis…

Voir leur projet ici : http://www.bourses-expe.com/bourses2014/baffin2014.html

Avant de partir, ils nous ont laissé une vidéo de leur entraînement dans le Vercors.
Une vidéo top classe ! Le niveau des productions du cru 2014 va être élevé.

A voir ici... http://vimeo.com/92111734

A voir ici…
http://vimeo.com/92111734 (ou cliquez sur l’image ci-dessus)

Vous pouvez les suivre sur leur page Facebook :
 DEEP IN BAFFIN

Les lauréats des Bourses Expé 2014

Le Jury a donc décidé. Pas toujours facile de déchiffrer tous ces dossiers passionnants tout en sachant qu’on va faire des mécontents.

Un petit regret : pas un seul projet en Afrique. Avis aux amateurs pour les prochaines éditions… Comme toujours, un continent se taille la part du lion, cette année c’est l’Asie centrale…

Sur la trentaine de dossiers présélectionnés par nos soins, les représentants d’Expé et des partenaires des bourses expé ont finalement choisi les projets suivants, présentés par ordre chronologique de départ…

Baffin 2014

SKI DE COULOIR, PULKA • Canada (Terre de Baffin) • 20 avril au 20 mai 2014

Partir découvrir les immenses entailles glacées à l’Est de la Terre de Baffin et glisser à ski
de fjord en fjord à partir de Clyde River en devançant une pulka rebondie des milles choses nécessaires à la vie arctique. Parcourir de hautes parois franches et austères, aux pieds englacés dans une mer figée et, dévalant des sommets vers la glace des fjords, de longs, très longs rubans de neige. Les mythiques couloirs de la Terre de Baffin.
François Kern : 27 ans – Damien Fayolle : 26 ans – Rémi Loubet : 26 ans – Thibaut Lacombe : 26 ans

—————————————–

Expédition Hole Bilong Stone

SPÉLÉOLOGIE • Papouasie Nouvelle-Guinée (Nouvelle-Bretagne) • 18 mai au 5 juillet 2014

L’expédition Hole Bilong Stone (jolie expression qui en pidgin signifie « grotte ») a pour but d’explorer un massif calcaire vierge de toute exploration spéléologique. En effet, à l’ouest de Rabaul se trouve un karst de 600 km2 qui part de la mer pour culminer à 1760 mètres. Sa surface est criblée de doline; les formations calcaires qui le composent sont similaires à celles des montagnes des Nakanaï où ont été découverts de vastes réseaux souterrains. Pendant les cinq semaines prévues sur zone, les membres de cette expédition légère vont avoir pour objectifs d’explorer le plus grand nombre de cavités, les topographier et les photographier. Une expédition plus importante sera organisée si de gros objectifs sont inachevés.
Sounier Jean-Paul, 63 ans; Kozlowska Monika, 49 ans; Guiter Bruno, 58 ans; Hugon Bruno: 55 ans; Parrot David: 26 ans; Bernier Gary: 27 ans

—————————————–

Pas de chomdû sur le Chombu

HIMALAYISME • INDE (Sikkim) • Octobre 2014

Le Chombu est un sommet du nord du Sikkim, région du nord de l’Inde frontalière avec le Népal et le Tibet. Ce sommet culminant à 6362m est parfois appelé avec modestie le Matterhorn ou le Shivling du Sikkim. Dans l’ombre du Kangchenjunga voisin, dernier sommet de l’est de la chaine himalayenne à dépasser l’altitude convoitée des 8000 m d’altitude, le sikkim a été peu exploré pour l’alpinisme. Le Chombu a la particularité de ne présenter aucune voie facile d’accès vers son sommet : tenté à 3 reprises, ce dernier n’a en effet jamais été atteint.
Hélias Millerioux : 26 ans, Rémi Sfilio : 34 ans, Jonathan Crison : 27 ans

—————————————–

El Riso’to del Patron

SKI-KITE, PULLA, ANDINISME • Argentine/Chili • Novembre 2014

Ouvrir de nouvelles voies sur le Riso Patron, sommet isolé sur le Hielo Continental Sur, à soixante kilomètres de El Chalten. L’approche, à elle seule, tentera de relever un beau défi, nous voulons la tenter en ski-kite et pulka et partir avec le nécessaire pour être autonome pendant un mois, car la météo là bas offre peu de beau temps, et plus nous passons de temps au pied, plus nous augmentons nos chances d’avoir une fenêtre météo.
Jérôme Sullivan, 30 ans, Jérémy Stagnetto, 28 ans, Maxence Horvath, 28 ans, Pedro Angel Gialan DIaz, 35 ans, Billon Lise, 25 ans

—————————————–

Un 7000 au bout du guidon

VTT ET ALPINISME • Tadjikistan, Kirghizistan • 5 juillet au 30 août 2014

Le Pic Lénine, deuxième plus haut sommet de l’ex-union soviétique, est réputé « relativement » accessible par sa voie normale. Mais est-ce tant le sommet qui compte, que le chemin pour y arriver ? En choisissant de l’atteindre à vélo par un itinéraire détourné de 1500km, nous laisserons la place aux embûches, aux surprises, aux rencontres, aux angoisses et aux rêves. Nous prouverons que le vrai sommet de 7000 m qu’il faut atteindre, c’est celui qui se trouve à l’intérieur de nous. L’accès au sommet se fera par une arête vierge. EQUIPE 100% FEMININE, projet doté par la FFCAM.
RAGOT Violaine – 33 ans, REVOL Elisabeth – 34 ans

Premier bilan de l’expédition Anba Macaya, en Haïti

Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous…

Réalités et découvertes d’une expédition spéléologique en Haïti

Grenoble (8 novembre 2013) – Ils se sont cassés les dents sur le lapiaz, mais ils ont découvert un majestueux canyon. L’expédition spéléologique lauréate des Bourses Expé et Labalette Aventure, Anba Macaya, verticales souterraines, est de retour après des prospections intensives. Les membres de l’équipe partagent leurs découvertes : douloureuses démangeaisons, foulures et autres intoxications sont reléguées au rang des souvenirs. Reste la performance sportive, en seulement six semaines, de la découverte d’une centaine de gouffres, et le récit en images d’une étonnante épopée humaine dans les entrailles de la Terre.

Premier inventaire du patrimoine souterrain du Parc National Macaya

Inlassables, Marie-­Pierre, Olivier, Jean-­François, Stéphanie, Pascal et Matthieu ont sillonné les sentiers escarpés du Massif Macaya jusqu’à 2300 m d’altitude, et ils ont établi le premier inventaire des grottes du Parc, dans l’une des deux dernières forêts primaires d’Haïti. Dans ce massif karstique au relief accidenté, ils ont exploré 95 gouffres d’une profondeur allant jusqu’à 120 mètres. Et ils se sont jetés à l’eau pour suivre le parcours souterrain de trois rivières. En pleine saison des pluies – parfois torrentielles et sans fin – les spéléologues ont découvert les résurgences difficilement détectables par temps sec.

Pascal Orchampt découvre le gouffre Perdu, un aven borgne de 30 m de profondeur – Photo: Olivier Testa

Pascal Orchampt découvre le gouffre Perdu, un aven borgne de 30 m de profondeur – Photo: Olivier Testa

Le pied trempé mais fermement campé, écartant de la machette lianes coupantes et troncs piquants, l’équipe a parcouru un karst très ancien, décapité par les précipitations importantes du massif, et dont les principales galeries n’ont plus de fonctionnement actif. Quoique les cartes laissaient présager un important potentiel de développement de réseaux souterrains horizontaux sous les deux formations calcaires superposées, les explorations du massif de la Hotte ont révélé une troisième formation sous-­jacente qui agit comme une éponge et ne permet pas le développement de réseaux exondés.

« Nous n’avons pu trouver la rivière souterraine que nous recherchions. » mentionne Marie-­Pierre Lalaude-­Labayle. « Mais cest le propre de toute expédition spéléologique : notre seule certitude c’est l’inconnu. Nous nous étions préparés à des surprises, des bonnes comme des moins bonnes » rajoute la chef d’expédition.

Un majestueux canyon

Matthieu Thomas découvre le canyon de la Ravine Casse-cou. Photo: Jean-François Fabriol

Matthieu Thomas découvre le canyon de la Ravine Casse-cou. Photo: Jean-François Fabriol

Et parmi les bonnes surprises, figure la découverte d’un très beau canyon ! Dans la ravine Casse-­‐cou, la rivière s’enfonce en méandre entre deux parois verticales de plus de 70 mètres et a creusé un canyon de 5 mètres de large. Ses courbes arrondies par le travail de l’eau se déroulent sur près d’un kilomètre. Plusieurs ressauts -­‐ cascades, toboggan -­‐ promettent de joyeux sauts et une expérience de canyoning ludique. Protégé en amont par une première cascade d’une vingtaine de mètres, le canyon était jusqu’alors probablement inconnu en Haïti. Un tel site géologique pourrait à l’avenir faire l’objet de développements d’activités touristiques responsables avec les autorités du Parc.

Travailler main dans la main avec les habitants du Parc :
un facteur clef de réussite

Rencontre avec les habitants de Sous-Bois – Photo: Jean-François Fabriol

Rencontre avec les habitants de Sous-Bois – Photo: Jean-François Fabriol

De nombreux habitants étaient présents aux séances d’information organisées par les spéléologues. Ainsi sensibilisés à la fragilité du milieu souterrain, ils ont également compris l’importance de montrer les cavités connues. Heureusement pour l’équipe que ses guides, comme l’incontournable Elvis, étaient là, machette à la main, pour la guider dans cette nature impénétrable. Et leur montrer comment progresser sur une corde avec un baudrier est un excellent souvenir pour les spéléologues

2014 : une exploration de plongée spéléologique ?

La résurgence Tèt L’acul- Photo: Olivier Testa

La résurgence Tèt L’acul- Photo: Olivier Testa

Le travail d’analyse commence. Et il reste beaucoup à découvrir -­ l’inventaire devra être complété. L’équipe a instrumenté la résurgence du massif, Tèt L’Acul, à l’aide de sondes de pression et de température. Les mesures obtenues sur le mois permettront de connaître les variations de débits d’eau et de mieux comprendre le fonctionnement hydrologique du massif. Et ainsi de préparer une future mission de plongée spéléologique, en 2014. Déjà les spéléologues salivent à l’idée de ce nouveau défi : tenter de pénétrer la rivière souterraine, cette fois-­‐ci par la résurgence.

Contact:  Stéphanie Jagou,
chargée des communications pour l’expédition, , tél. +33 (0)6 31 85 77 80

Des photos libres de droits sont disponibles sur demande.
Ce dossier de presse est téléchargeable.
Pour suivre l’expdition :  expedition-anba-macaya.fr et leur page Facebook
Grottes d’Haïti : www.grottesdhaiti.org

Les membres de l’expédition:
Marie-­Pierre Lalaude-­Labayle, Olivier Testa, Jean-­François Fabriol, Stéphanie Jagou, Pascal Orchampt et Matthieu Thomas. Un profil est inclus dans le dossier de presse, dans la section media du blog.

Les partenaires financiers et techniques de l’expédition Anba Macaya, Verticales souterraines sont les Bourses Expé, la bourse Labalette Aventure, Béal, Julbo, Five Ten, North Face, Ortlieb, Petzl, le Comité Départemental de Spéléologie de l’Isère, Not Engineers, Karst3E, et la Fédération Française de Spéléologie.

Paso a Paso : fin de la dernière expé cuvée 2013 !

C’est la fin !!! The end of the trip!

Publié le

Alors voilà, Astrorito a été trop fort, du coup on en a profité jusqu’au bout!

Arrivés à Quérétaro on ne s’est pas privé d’une halte à la Pena de Bernal, le 3ème plus grand monolithe au monde à 60 km au nord-est de Quérétaro… Un peu de bloc dans une ambiance « Western », avec du joli caillou mais sans crash-pad donc vite limités quand même (ils engageait vraiment les anciens!!!);

DSC08427 DSC08411

et une première grande voie « La Bernalina », pour atteindre le sommet et repérer une éventuelle ligne: et oui après toutes ces belles water, ça nous manquait quand même la highline!!!!

DSC08450

Mais malheureusement, pas de ligne  évidente / majeure et un brouhaha incessant en bas! Du coup on reviendra grimper une dernière voie « El filo Noroccidental », une jolie course d’arête équipée à l’ancienne…

DSC08483 DSC08463  DSC08501 DSC08522

Comme on décide d’écourter à Bernal on revient sur un vieux projet qu’on avait en tête au début du voyage, sur la côte Pacifique, « Las Islas Marietas ». Et c’est reparti, on tente! 350km pour rallier Guadalajara où on laisser tout le matériel inutile et où on s’octroie un jour de repos; et on reprend la route pour 350 km « de nuevo », direction Puerto Vallarta. Jolie route entre montagne et jungle, et 7 heures dans Astrorito avant d’apercevoir l’océan Pacifique. Des paysages magnifiques (dès que l’on s’éloigne de la ville), mais pas évident d’installer des waterlines;

DSC08546

On pose notre campement sur la plage à Punta Mita, d’où l’on aperçoit les deux fameuses îles. Le lendemain c’est parti! 15min de bateau et nous y voilà!

DSC08588DSC08571

On fera le tour des îles avec pleins de projets en tête, un peu de snorkelling, mais impossible de faire quoique ce soit en slack: le site est classé Parc National et protège des milliers d’oiseaux. Depuis quelques années en effet, et suite à différents incidents, il est interdit de monter sur les îles et de s’amarrer aux rochers…

C’est ainsi que ce terminera notre périple, après un dernier voyage douloureux pour Astro (qui a bien failli finir en dépanneuse!), quelques jours à Guada pour revendre ce qui reste de notre camionette et un peu de matériel de slack convoité par des locaux sur-motivés.

DSC08594

Au final, nous aurons organisé 5 initiations, crevé deux pneus, pris trois gros échecs d’installation de lignes (El sotano de la Golondrinas, les waterlines à la Huasteca Potosina et las Islas Marietas), offert 7 slacklines à des points stratégiques pour que l’activité se développe à différents endroits du Mexique, subi deux épisodes de vol (lunettes de Pj et plaquettes à El Diente), été contrôlé une vingtaine de fois par la police Mexicaine, fait plus de 7000 km, eu des milliers de piqûres de moustiques sur tout le corps, mangé plusieurs centaines de tacos, vu une dizaine de serpents mortels, sorti des centaines d’épines de cactus de notre peau, eu deux blessures importantes dans l’équipe, arraché une lunule et deux spits, ouvert 6 highlines, 3 midlines, 1 swingline, 1 ligne gouffre, 11 waterlines, un pendule et fait des centaines de rencontres inoubliables… Et nous résumerons cette aventure à travers une citation d’Axel, un jeune slackeur de Guada: « En slack ici, il y a avant vous et après vous, il n’y a plus que la jump, tout le monde est sur-motivé! »…

Un énorme MERCI à Expé.fr et les Bourses Expé, The North Face, Julbo, Beal, Petzl, Slack.fr, Jaillet-Rouby, Redzone, Slack’icîmes, Také Escalado, Tip-Top, Abalone, Lez arts verts, La Posada, Lafiante, Alpine Sofa et Mule Bar pour nous avoir soutenu dans cette aventure !!!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Que Viva Mexico !!!!!!!!

La bande annonce du Grand Prix 2013 des Bourses Expé

Rendez-vous le 20 novembre à 17h30 pour suivre en direct le Grand Prix 2013 des Bourses Expé, entrée libre, au Summum de Grenoble…

En présence des lauréats 2012 qui racontent leurs expés avec des vidéos de moins de 10 minutes, et concourent pour le meilleur récit : le gagnant verra son film projeté sur scène dans la grande salle du Summum,et recevra un bon d’achat valable dans les magasins Expé…

A bientôt !

Mwen renmen antre andan twou-wòch ! Anpil !! *

Petit rappel : c’est le pays qui a fait l’activité. La spéléologie, je n’en avais jamais fait. Une attirance pour le souterrain ? Moyen. Les joies de l’obscurité totale ? Inconnues. Une envie de première ? Un truc de « Blanc » ça.

Une expé qui se monte pourtant.

En 2009, je suis arrivée pour travailler sur un projet d’eau potable en zone rurale. A Pestel, il s’agissait de protéger de l’entrée d’eau de mer une source d’eau douce… peut-être une résurgence de cette rivière Glace qui disparaît quelque part entre les départements du Sud et de la Grande-Anse. Bienvenue en milieu karstique.
C’est avec ces éléments en tête que le choix s’est tourné vers la spéléologie. Une activité qui draine de nombreux a priori ; pour l’expédition, je n’en avais qu’un : il s’agira de randonner !

JOLIRANDO_PA070208_JEFF_M

SOUBWA_P9270273_JEFF_M

Jusque là, j’avais tout bon !

RANDODODO_PA070056_JEFF_M

Pour pénétrer l’intérieur du massif, il faut passer du temps à l’extérieur. Parcourir du morne, crapahuter dans du lapiaz, se faufiler dessus-dessous les lianes, s’arrêter pour observer une mygale, questionner les paysans, se jeter dans un cours d’eau, se protéger tour à tour du soleil et de la pluie, glisser sur la boue des chemins, rigoler avec les haïtiens : tout y est.

KAFEPALE_PA120607_JEFF_M

BELBAGAY_PA030201_JEFF_M

BAIGNADE_PA070091_JEFF_M

Et plus encore dans ce pays en-dehors.

Armony_P9270268_jeff_M

LEZARD_PA090290_JEFF_M

JOLIRANDO2_PA140785_M

La semaine « Autonomie sur corde pour apprentis » dans le Vercors n’avait pas éveillé un sursaut d’intérêt pour l’activité en soi. L’expédition cependant, c’est autre chose. Elle est constituée de ce subtil mélange de clair-obscur qui vous donne une véritable envie de grottes.

_CLAIR_OBSCUR_PA030136_JEFF_M

Il s’agit maintenant de pouvoir équiper un puits seule: la formation est accélérée, la tête tricote du nœud dans le sommeil, l’apprentissage est validé après quelques soirées passées autour de barreaux de chaise et de dyneema. On imagine des configurations : lapiaz ou pye-bwa*, amarrage et déviation, ça redouble de questions.
La journée mise en pratique se déroule le lendemain : c’est avec un plaisir à peine dissimulé que je réalise mon premier amarrage sans quincaillerie. Un beau tisserand tricoté avec la dyneema sur le nœud de chaise double de la corde de progression ! Finis les mousquetons trop lourds, on change de commerce !

AMARRAGES_PA030162_JEFF_M

MARTEAU_PA060504_JEFF_M

L’autonomie est poussée jusqu’au bout le jour suivant ; le sherpa rempli d’une corde de 30m, je passe la journée avec quelques haïtiens à la recherche de trous. Il y en a un surtout qui semble donner : le fond n’est pas bien visible, la roche lancée met plusieurs secondes avant d’arrêter sa course, son impact sur le sol résonne bien… J’ai très envie d’y aller !
Je vois bien que la déviation que je mets en place pour éviter le frottement de la corde sur le lapiaz n’est pas efficace… j’ai un peu peur. Les haïtiens avec moi me conseillent de revenir avec les autres, mais je n’ai pas envie de les attendre.
Celui qui m’a indiqué ce puits comprend ; il me regarde et sourit : « Tu veux y aller en premier, hein ? ».
L’universalité de ce sentiment avait quelque chose de rassurant à ce moment.
Oui, je voulais y aller en premier, voir ce qui se cachait dessous avant les autres, n’importe quel autre.
Non, je ne sentais pas mes amarrages suffisamment solides ; j’attendrais donc pour y retourner.
J’en descends d’autres, plus petits. Celui-là attendra demain.

Mais j’y vais quand même en premier !

THE_ONE_PA050298_JEFF_M

Au final, il s’agira d’un puits à deux niveaux, avec un intermédiaire plutôt fuyant ; le tout fera seulement 35m de profondeur. Une salle en-bas avec quelques concrétions, aucune continuation. Peu importe, j’ai compris que la première, c’était excitant.

Alors maintenant que la spéléo-rando fait partie de mon quotidien le temps d’une expé, on continue de pousser la compréhension des nœuds/amarrages/risques/plongée pour aller plus loin. Un amarrage foré a même contribué à l’excitation de toute une journée ! Imaginez que vous percez deux trous dans la roche et qu’au lieu d’y placer des goujons et des plaquettes (souvenez-vous, l’ultimate est atteint quand on ferme le magasin de quincaille et ferraille), vous enfilez votre dyneema sur les deux lames de la paroi que vous tissez ensuite sur chacune des boucles de votre nœud-fusion (pas de chaise-double pour le Y). Je vous assure qu’au moment où vous êtes longés à cet amarrage, vous marquez un temps d’arrêt. A regarder les quelques centimètres à peine qui constituent l’épaisseur minérale qui vous soutient à ce moment-là, vous souriez et vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que c’est beau !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

* J’aime la spéléo ! Beaucoup !!
** Arbre

MP2L

L’expé “Khan Tengri face sud” à pied d’œuvre…

Coucou de Bishkek !

On est bien arrivés ; nous et … les bagages aussi, malgré une tentative (avortée) de la compagnnie aérienne de les envoyer à Istambul ! Bon, rapidement : tout le monde va bien ici, mais Mischa a un sévère problème de famille qui l’oblige à annuler le Khan Tengri. Nous ferons donc la tentative à deux (Serguey et moi).

Cet après-midi, direction le marché pour faire le plein, et demain montée à Ala Archa pour la première acclimatation et  expérimenter une technique de bivouac… novatrice (je n’en pas plus…) !

Bises à tout le monde

Serge Hardy

Voir le projet ici.

NB : le teaser de l’expédition est toujours sur Youtube :