Qui sera le gagnant du Grand Prix des Bourses Expé 2010 ?

Mardi 9 novembre, à 19h30, venez assister aux retours d’expéditions des lauréats 2009. Ils seront tous là, sur la scène de l’auditorium de la Maison du Tourisme de Grenoble, pour raconter leurs aventures aux quatre coins du monde… Entrée libre !

Au programme :

Indochine, sur la piste rouge,
VIETNAM, LAOS, CAMBODGE

du 15 juin au 20 septembre 2009

Cécile Clocheret, François Picard

Cécile et François sont les premiers occidentaux à avoir reconstitué la piste Ho Chi Minh à pied de bout en bout… Ils souhaitaient rendre hommage aux combattants de la liberté d’hier, mais aussi d’aujourd’hui et de demain. Ils sont partis à leur rencontre, qu’ils se battent pour la liberté de culte et de circulation au Vietnam, la liberté d’enquêter pour la justice au Cambodge, ou la liberté d’expression et d’association au Laos.


De Panam à Padum, INDE
du 25 juillet au 23 août 2009

Jonathan Crison, Simon Deniel, Elsa Pommarel, Pauline Palmier

Objectif : tenter l’ascension de six sommets de plus de 6000 m qui toisent le village de Padum au Zanskar. Résultat : l’ouverture d’une voie sur un sommet probablement vierge et non nommé ! La réalité du terrain dans une vallée très peu explorée les ont obligés à modifier leur projet initial mais n’a pas altéré leur esprit d’aventure. Cette expédition, qui entendait promouvoir la mixité en montagne, a pu aussi apporter sa pierre à la cartographie régionale, notamment en vérifiant les altitudes.


La Bella Durmiente, PÉROU
du 1er août au 1er octobre 2009

Guillaume Maurin, Sandra Desnotes, Cesu Pingus Lezano

A partir de techniques de cordes spécifiques, ils ont accédé au toit de la forêt péruvienne amazonienne. Une fois dans la canopée, l’installation d’un campement nomade servait de poste d’observation, en général pour 2 ou 3 jours. Grâce à d’autres techniques, il leur a ensuite été possible d’évoluer en autonomie dans la canopée sans toucher le sol… Le but de ce projet : récolter un maximum de données sur la biodiversité, photographier la faune et la flore spécialisée dans cet écosystème et promouvoir cette technique douce auprès des scientifiques.


Vuvu 2010, PAPOUASIE NOUVELLE-GUINEE
du 2 février au 19 mars 2010

Jean-Paul Sounier, Florence Guillot, Phil Bence, et 12 autres spéléos étrangers

Cette grosse expédition internationale, basée sur un noyau français, s’est donnée pour objectif l’exploration d’un réseau hydrogéologique entre les gouffres de Bikibik Vuvu et Liklik Vuvu, et une résurgence située 800 m plus bas, dans les Nakanaï (Nouvelle?Bretagne), repérée seulement en 2006. Pour continuer les deux gouffres au?delà de leurs siphons terminaux (atteints en 1980) il a fallu utiliser des techniques de spéléo?plongée…


Les piétons du Grand Nord, CANADA
du 7 mars au 15 mai 2010

Pascal Hémon, Yann Couillard, Céline Espardellier, Dominique Simonneau

A la découverte d’une nature grandiose et de peuples autochtones méconnus, cette expédition s’est librement inspirée des tribulations de Samuel Hearne, le piéton du Grand Nord. Ils ont progressé en autonomie, à ski et pulka. Au départ de Yellowknife, sur les rives du Grand lac des Esclaves (Territoires du Nord?Ouest), ils se sont dirigés vers le Grand lac de l’Ours situé sur le cercle polaire arctique, impossible à atteindre pour cause de dégel prématuré. Ils ont marché ainsi sur les traces ancestrales des peuples nomades Dénés et Inuinniait, aujourd’hui sédentarisés, qu’ils ont pu rencontrer lors de leurs étapes.


Proclamation des résultats sur ce site Internet dès le lendemain, et diffusion du meilleur reportage le jeudi 18 novembre, dans le cadre prestigieux des Rencontres du Cinéma de Montagne de Grenoble, au Summum !

Téléchargez l’affiche

En savoir plus.

Retour de Colombie

Nous voici depuis hier à nouveau dans l’atmosphère parisienne… finalement pas beaucoup plus fraîche que la colombienne !

Avec des images plein des yeux, des joies plein la mochilla (c’est le nom des sacs caractéristiques des Indiens de la région que les femmes tissent en permanence) et une grande déception aussi…
Celle de n’avoir pas atteint notre objectif géographique.

Le Pico Colon s’est refusé à nous, malgré tous nos efforts, nos tentatives sont restées vaines et les portes ne se sont pas ouvertes comme on l’espérait. C’est une immense frustration, mais que nous oublierons vite grâce à l’intensité des moments que nous avons vécu dans la Sierra Nevada.

Les jours passés avec les Indiens Kogis puis avec les Aruhacos, la rencontre avec ces modes de vie incroyable, l’incursion dans une nature encore totalement intacte, la contemplation de paysages inédits a rempli nos esprits de satisfaction !

Sylvain Perret

Colombie, le sommet en suspens

Après avoir tout préparé avec notre guide local sur place, nous sommes partis samedi dernier sur les traces des Kogis pour atteindre leurs village et le pied du pico Colon.

Des conditions météo très mauvaises (très fortes pluie) puis une invitation impossible à refuser d’aider les Indiens à remettre en état le chemin puis, à nouveau des pluies torrentielles, nous ont retardé dans notre progression : au bout de 3 jours, nous n’avons atteint que le village que nous avions mis 1 jour et demi à atteindre en 2008.

Ce fut la rencontre avec un Mamo (grand sage Kogi) qui nous a été « fatale » : il a souhaité que nous redescendions pour qu’il puisse constituer un conseil des sages, lequel décidera de la suite à donner à notre expédition : aurons-nous l’autorisation de monter ?

On a beau s’y préparer, ce sont toujours des moments de doute stressants et difficiles à accepter pour nous autres Occidentaux… Mais on a plus d’un argument en notre faveur. Donc, prochaine tentative dans 3, 4, 5 jours ?

En attendant, on sèche et on soigne nos piqures de moustiques ! (Aurélia en compte plus d’une centaine sur les jambes malgré les pantalons imprégnés que nous portons en permanence: ils piquent au travers!)

Malgré tous ces désagréments tout va bien, nous nous sommes habitués à la chaleur (hier, dans le village en altitude j’ai eu froid car il ne faisait plus que 23 degrés a 5h du mat…) et les Colombiens sont toujours aussi chaleureux et accueillants !

A bientôt pour plus de nouvelles. 🙂

Sylvain et Aurélia
23 juin 2010

Retour des Piétons du Grand Nord

Le Grand Nord sauvage.

A la découverte d’une nature grandiose et de peuples autochtones méconnus, cette expédition s’est librement inspirée des tribulations de Samuel Hearne, le piéton du Grand Nord qui explora la région au XVIIIe siècle. Progressant en autonomie, à ski et pulka, au départ de Yellowknife sur les rives du Grand lac des Esclaves (Territoires du Nord Ouest), les 3 piétons ont traversé le Grand lac de l’Ours pour se retrouver ensuite bloqués sur la toundra pour cause de dégel prématuré ! Ils ont ainsi progressé sur les pistes ancestrales des peuples nomades Dènès et Inuit, aujourd’hui sédentarisés, qu’ils ont rencontrés lors de leurs étapes.

A lire : le compte-rendu de l’expédition sur le site des Bourses Expé.

A voir : leur diaporama sur le site des Bourses Expé.

Leur blog.

Gonawindua, c’est parti…

Bonjour à tous,

On le croit toujours lointain, à force de le penser, l’organiser, le tourner dans tous les sens, à tel point qu’il devient presque irréel, perdu dans des méandres administratifs ou des réflexions toujours identiques: « qu’est ce qu’on a bien pu oublier ? »

Et puis il arrive, le moment du départ. Surprenant de célérité. « Attends un peu, j’ai oublié de faire ça ! et ça, c’est pas au top, et ça aussi, et encore ça… » et puis finalement faut y aller, ce qu’il reste à gérer est déjà du domaine du voyage.

La magie commence pour nous dès demain matin, départ très tôt pour Caracas enchaîné sur une vingtaine d’heures de bus jusqu’au nord de la Colombie où l’expédition débutera réellement avec le concours de notre contact sur place.

Merci à nos partenaires pour tout ce matériel...

Nous tenterons de vous tenir au courant du mieux que possible, voici déjà un petit aperçu du matos que nous emportons, merci à tous pour nous avoir aidés à nous le procurer !

Bien amicalement.

Sylvain et Aurélia

Leur blog

Premier objectif réussi en Alaska !

Objectif rempli !

Vers 23h00 mercredi 19 mai Frédéric Degoulet et Benjamen Guigonnet étaient de retour au camp de base après 3 jours de grand beau temps passé dans une course au Mont Hunter. 2000 mètres de face nord en grade 6, 5b et une longueur de A2. Et après, ce n’est pas fini, il faut redescendre par une longue arête.
« On est complètement léthargiques, les jambes ne répondent plus bien » déclare Frédéric.
« Mais on est tellement contents d’avoir réussi ce premier objectif de notre expé. On a mis 31 heures jusqu’au sommet et 17 heures pour redescendre par le « west ridge » sur la crête (5 à 7 km) mais au bout on a trouvé un passage plus direct pour finir la descente. On était au sommet vers 20h30 – 21h00, c’était super… vous verrez sur les photos que je vous enverrai plus tard. », précise encore Fred avant que la ligne, mauvaise ce soir, ne se coupe.
En ce moment ils récupèrent de ces trois jours intenses ; les trois skieurs doivent aussi rentrer aujourd’hui de leur trip pour un peu de repos aussi.
Ensuite avec le permis du McKinley en poche Frédéric et Benjamin partiront pour leur dernier objectif, maintenant bien acclimatés et riches de cette première croix en Alaska.
La suite au prochain épisode photo.
A suivre sur leur blog : http://freddegoulet.blogspot.com/

Des nouvelles des Piétons du Grand Nord

L’expédition dirigée par Pascal Hémon arrive au terme de son voyage. Rappelons que leur objectif consiste à effectuer 800 km en autonomie, pulka ou raquettes, dans la toundra des Territoires du Nord-Ouest au Nunavuk, entre les 60e et 70e degré de latitude nord. Vous pouvez suivre les chroniques de leur expédition sur les pages Voyages de Liberation.fr.

Un chiffre et un article à lire

Un chiffre intéressant : le site des Bourses Expé a reçu 68 986 visites sur la période des 12 derniers mois. Preuve s’il en est que l’exploration, l’aventure et la découverte de la Terre et de ses habitants reste une valeur forte…

Pour les trois derniers mois, les statistiques impitoyables de webstat nous donnent plus de 220 visites par jour en moyenne !

Al Warild dans les profondeurs de Bikbik Vuvu.

N’oubliez pas que nous publions régulièrement désormais les comptes-rendus des expéditions, avec un diaporama fourni, la dernière en date étant « Vuvu 2010 » une passionnante expédition de spéléologie dans les monts Nakanaï, sur l’île de Nouvelle-Bteragne qui appartient à la Papouasie Nouvelle-Guinée. Deux mois d’explorations, de recherches, de doutes, de joies et de découvertes… (photo ci-contre)

C’est ici !

Panam Padum 2009 dans « Montagne Magazine »

Montagne Magazine, partenaire des Bourses Expé, vient de publier dans son numéro de mai 2010, un article relatant l’expédition « Panam Padum » (lauréat 2009), pages 20 à 26.

Ce beau texte de Simon Deniel, illutré des photos de l’équipe, raconte leur première ascension d’un sommet de 6178 m, le Haftal Kangri, dans la vallée peu connue de Padum au Zanskar (Inde).

Le titre « le choix de l’inconnu » reflète parfaitement la philosophie des Bourses Expé.

Des nouvelles du Dénali

A peine la remise des Bourses, Fred Degoulet et Ben Guigonnet se sont envolés pour l’Alaska, où ils poursuivent leur acclimatation à l’altitude. Ils alimentent leur blog par des messages et des petites photos transmis par satellite.

Le 4 mai :

Partis de Talkeetna en avion taxi dimanche matin de bonne heure et après un vol « dément » ils se sont fait déposer avec leurs 200kg de matériel et de nourriture pour un mois au camp de base au pied de l’Alaska Range.
Arrivés depuis maintenant 2 jours, l’installation au camp de base est parfaite comme l’attestent les photos.
Une tente pour la nuit, bien abritée dans la glace et un igloo customisé (il était déjà en place), assez grand pour accueillir 3 copains français qui sont venus faire des couloirs en ski.
Après l’installation dès dimanche Frédéric et Benjamin ont fait un premier repérage en ski des conditions dans le « North Butress » leur premier objectif d’acclimatation. Résultat : bonne condition mais beaucoup de neige, donc forts risques d’avalanche, la prudence conseille donc de reporter ce premier objectif de 4 à 6 jours.
Hier le 3 mai, ils ont donc fait pour s’acclimater le Mont Frances, environ 3800 m. 1200 m d’arête avec des petits passages d’escalade en 4+ et de grimpe avec les piolets en M5 pour les spécialistes.
« la journée il fait beau , mais dès qu’il y a un poil de vent ça meule sévère : environ 0°c en plein soleil. La nuit aussi -10°. La météo est nickel pour l’instant mais ils annoncent du vent (environ 50 km/h) demain 4 et 6 mai on va voir ce que ça fait. », précise Frédéric.