Objectif atteint sur le Puscanturpa (5500 m)

État

Benoît Montfort, de l’équipe lauréate d’une Bourse Expé 2016 « Pérou on passe? » vient de nous envoyer ce message lacunaire  :

Bonjour, Juste pour dire que nous avons pu ouvrir la voie que nous voulions. Nous vous envoyons le topo! Bientôt les photos. Merci beaucoup pour votre aide!

Leur objectif était d’ouvrir une nouvelle voie sur le Puscanturpa (5500 m) au Pérou, une belle face de 800m encore peu parcourue ! L’escalade s’est déroulée du 3 au 10 août. Voici le topo de Puscaj Pucutai, leur nouvelle voie de 620 m de haut, 7a (6b obligatoire)…

VoiePuscanturpa_Perou°_Montfort

On attend les photos et le compte rendu avec impatience !

Vincent a trouvé son chemin

Message de Vincent Kronental, de retour de son expédition « A chacun son Thaki » (chemin), à travers la cordillère Apolomaba, ern Bolivie…

Bonsoir à tous !…

Ce n’est non sans émotions, fatigue et bonheur que j’ai le plaisir de vous informer que l’ensemble de l’équipe de l’expédition « A Chacun son Thaki en Bolivie » est rentrée la nuit dernière au environ de 4 h du matin à La Paz après 12 jours d’expéditions dans la cordillère Apolobamba.

Les mots sont très difficiles à trouver ce soir pour vous décrire toutes les émotions qui se mélangent au fond de moi après une telle aventure… Cela fut au delà de nos espérances.. L’ensemble des objectifs ont été atteints, ce qui n’était finalement pas si évident que cela… Je voulais simplement couper au plus court les inquiétudes que certain(e)s pouvaient avoir face aux dangers qui nous guettaient dans une telle exploration.

Je ne ferais pas long ce soir, la fatigue accumulée lors de ces deux dernières semaines et impressionnantes, voici donc une série de mots clés qui pourrait décrire brièvement ce que je viens de vivre avec une équipe hors du commun:

 » 12 jours d’expédition // 5 ascensions réalisées // 9925 m de dénivelés positifs accumulés // 97 h 30 de marche (soit +45% du temps) // 2 ascensions en 1 journée = 17 h 09 de marche = 1800 m de dénivelé + // Emotions // 100 m à 65° d’inclinaisons // Pluie // Suivre de près ou (et surtout) de loin le rythme de guides boliviens // Froid // Remises en questions // Parois Verticales // -15°c // Larmes // Expérience d’une vie // moins 3 kg à l’arrivée // Famille // Réveil à 23 h, départ à 00 h 17 pour le 4ème 6000 m du mois// Paysages splendides // Apprentissages // Pleurs // Ronflements // Crevasse // La vie entre 1 corde et 4 pointes de crampons // Lagunes // Libération // Dépassements de soi // Buena Onda // Prise de risque // Amis // +100 Go de Photos & Vidéos // Riz Pommes de terre // Epuisement // Ampoules // Sourires // Réussite ⇒ Expédition à « Chacun son Thaki en Bolivie » : CHECK »

En cadeau, une photo trouvée au hasard parmi les plus de 2000 du séjours !..
Lever du soleil durant la 4ème ascension à plus de 5800m d’altitude…

Apolobamba-web

Un Abrazos fuerte

Un Néo Explorateur qui a du mal a redescendre de ses sommets… !

Vicente

Départ de l’expédition « A son chacun son thaki »

Première expédition parmi les lauréats 2013, l’expédition dirigée par Vincent Kronental a pris le chemin des hauteurs. Deux semaines à l’aventure les attentent, dans une cordillère méconnue, la cordillère Apolobamba. L’originalité du projet consiste à faire participer des guides et accompagnateurs en montagne boliviens, et de partager leurs visions respectives de la montagne…Ce sera aussi un challenge sportif ambitieux, en autonomie, avec 5 sommets culminant entre 5 700 et 6 000 m d’altitude.

Equipe-Thaki-1

Pour parfaire son acclimatation, Vincent, qui réside en Bolivie pour la durée d’un stage de six mois dans le cadre de son mastère en Tourisme sportif de Grenoble, a réalisé récemment son premier 6000 ! Alignant 16 h de marche dans la journée, ils sont parvenus, avec sa coéquipière Anne Bialek, l’ascension du Pomerape et de ses 6282 mètres d’altitude, dans des conditions optimales !

Pomerape Pomerape_01

 

Le Grand Prix 2011 des Bourses Expé à « Pas de répit au Dénali »

Mardi 8 novembre, devant un auditorium de la Maison du Tourisme de Grenoble bien rempli, c’est le film de Fred Degoulet et Ben Guigonnet qui a séduit le Jury à l’unanimité. Un jury composé de représentants de la société Expé et de ses partenaires, FFCAM, Rencontres de la Montagne, Montagnes Magazine, Spéléo Magazine, et de trois personnes du public volontaires. Les autres partenaires (The North Face, Petzl, Beal) avaient pu visionner les sujets disponibles depuis quelques jours en accès privés, et donner leur appréciation.

Pas de répit au Dénali

Fred et Ben racontent leur ascension en non stop (45 heures d’affilées sans dormir, en profitant du jour permanent qui règne durant « l’été » sous ces latitudes, d’une voie très dure du mont Hunter, dans le massif du Dénali (Alaska). La qualité de leur engagement transparait tout au long de cette version de 13 minutes extraites d’un film de 25 minutes qui raconte également leur tentative au Mont Dénali, avortée pour cause de mauvais temps, après la voie normale du Dénali enlevée avec panache « pour s’acclimater ». Le film reste très près de leur aventure, et non sans humour, ils ont assemblé des bouts de diaporamas et des bouts de vidéo pris avec leur appareil photo. Etre capable de ramener de très belles photos et des séquences vidéo au cours d’une telle ascension représente déjà un bel exploit !

Prix spécial du Jury pour Nosy Hara !

Egalement à l’unanimité, le Jury a trouvé dans le traitement du sujet « Nosy Hara » de Laurent Martin un travail abouti, qui permet de découvrir un univers méconnu : celui des tsingy de Madagascar, et plus particulièrement de cette petite île d’un kilomètre de long, couverte d’un karst invivable… Exceptionnellement, en guise de dotation, et puisqu’ils parlent d’y retourner pour continuer l’exploration, Olivier Blanche a promis qu’Expé soutiendrait leur prochaine expédition…

Retour de Colombie

Nous voici depuis hier à nouveau dans l’atmosphère parisienne… finalement pas beaucoup plus fraîche que la colombienne !

Avec des images plein des yeux, des joies plein la mochilla (c’est le nom des sacs caractéristiques des Indiens de la région que les femmes tissent en permanence) et une grande déception aussi…
Celle de n’avoir pas atteint notre objectif géographique.

Le Pico Colon s’est refusé à nous, malgré tous nos efforts, nos tentatives sont restées vaines et les portes ne se sont pas ouvertes comme on l’espérait. C’est une immense frustration, mais que nous oublierons vite grâce à l’intensité des moments que nous avons vécu dans la Sierra Nevada.

Les jours passés avec les Indiens Kogis puis avec les Aruhacos, la rencontre avec ces modes de vie incroyable, l’incursion dans une nature encore totalement intacte, la contemplation de paysages inédits a rempli nos esprits de satisfaction !

Sylvain Perret

Colombie, le sommet en suspens

Après avoir tout préparé avec notre guide local sur place, nous sommes partis samedi dernier sur les traces des Kogis pour atteindre leurs village et le pied du pico Colon.

Des conditions météo très mauvaises (très fortes pluie) puis une invitation impossible à refuser d’aider les Indiens à remettre en état le chemin puis, à nouveau des pluies torrentielles, nous ont retardé dans notre progression : au bout de 3 jours, nous n’avons atteint que le village que nous avions mis 1 jour et demi à atteindre en 2008.

Ce fut la rencontre avec un Mamo (grand sage Kogi) qui nous a été « fatale » : il a souhaité que nous redescendions pour qu’il puisse constituer un conseil des sages, lequel décidera de la suite à donner à notre expédition : aurons-nous l’autorisation de monter ?

On a beau s’y préparer, ce sont toujours des moments de doute stressants et difficiles à accepter pour nous autres Occidentaux… Mais on a plus d’un argument en notre faveur. Donc, prochaine tentative dans 3, 4, 5 jours ?

En attendant, on sèche et on soigne nos piqures de moustiques ! (Aurélia en compte plus d’une centaine sur les jambes malgré les pantalons imprégnés que nous portons en permanence: ils piquent au travers!)

Malgré tous ces désagréments tout va bien, nous nous sommes habitués à la chaleur (hier, dans le village en altitude j’ai eu froid car il ne faisait plus que 23 degrés a 5h du mat…) et les Colombiens sont toujours aussi chaleureux et accueillants !

A bientôt pour plus de nouvelles. 🙂

Sylvain et Aurélia
23 juin 2010

Premier objectif réussi en Alaska !

Objectif rempli !

Vers 23h00 mercredi 19 mai Frédéric Degoulet et Benjamen Guigonnet étaient de retour au camp de base après 3 jours de grand beau temps passé dans une course au Mont Hunter. 2000 mètres de face nord en grade 6, 5b et une longueur de A2. Et après, ce n’est pas fini, il faut redescendre par une longue arête.
« On est complètement léthargiques, les jambes ne répondent plus bien » déclare Frédéric.
« Mais on est tellement contents d’avoir réussi ce premier objectif de notre expé. On a mis 31 heures jusqu’au sommet et 17 heures pour redescendre par le « west ridge » sur la crête (5 à 7 km) mais au bout on a trouvé un passage plus direct pour finir la descente. On était au sommet vers 20h30 – 21h00, c’était super… vous verrez sur les photos que je vous enverrai plus tard. », précise encore Fred avant que la ligne, mauvaise ce soir, ne se coupe.
En ce moment ils récupèrent de ces trois jours intenses ; les trois skieurs doivent aussi rentrer aujourd’hui de leur trip pour un peu de repos aussi.
Ensuite avec le permis du McKinley en poche Frédéric et Benjamin partiront pour leur dernier objectif, maintenant bien acclimatés et riches de cette première croix en Alaska.
La suite au prochain épisode photo.
A suivre sur leur blog : http://freddegoulet.blogspot.com/

Les lauréats 2010 !

Le 23 avril dernier, au siège de la société Expé, à Pont-en-Royans, les lauréats 2010 ont été réunis avec les représentants des partenaires des Bourses Expé. Les expéditions se répartissent sur quasiment tous les continents :

– Afrique : expédition de spéléologie à Madagascar, sur la petite ile de Nosy Hara…
– Asie : le « Hunku Project » va explorer la vallée de Hunku, au Népal, et tenter l’ascension de nombreux sommets entre 7300 et 6000m, certains encore vierges…
– Amérique du Nord : deux aspirants-guides vont répéter des voies très difficiles en Alaska
– Amérique du Sud : deux projets vont s’y dérouler, l’un consiste à gravir le Pico Colon, le plus haut sommet de Colombie, qui ne peut se faire qu’avec l’aide des Indiens Kogis qui vivent au pied; l’autre va chercher s’il y a bien des canyons à descendre et à équiper en Araucanie, une région riche en lac du Chili…

Les lauréats des Bourses Expé 2010 photographiés au siège social d’Expé, à Pont-en-Royans, le 23 avril 2010. De gauche à droite : Aurélia Greff (2), Gilles Leroy, Bruno Vigier-Lafosse (5), Marie Dumont, Lucas Girard, Adrien Gilbert, Alexandra Leber, Renaud Guillaume (4), Benjamin Guigonnet, Frédéric Degoule (1), Séverine Larric et Laurent Martin (3). Les numéros renvoient aux expéditions lauréates détaillées ci-dessous.

1 – Pas de répit au Dénali
Alaska, USA. 2 mai au 2 juin 2010

Deux jeunes grimpeurs confirmés se sont lancés juste après la remise des bourses, dans la répétition de deux voies engagées de l’Alaska Range, en méthode ultra-light, en style alpin et en non-stop…
Equipe : Frédéric Degoulet, 27 ans – Benjamin Guigonnet, 22 ans.
En savoir plus

2 – Gonawindua
Rencontre avec les Indiens Kogis et ascension du Pico Colon
Colombie, du 11 juin au 11 juillet 2010

Le projet Gonawindua se déroule dans la région de la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie. Cette région, parmi les plus inaccessibles et les plus mal connues du globe, était le dernier refuge des indiens Kogis. Sylvain Perret et sa compagne Aurélia Greff sont prêts à repartir dans cette région pour tenter à nouveau l’ascension de cette montagne de 5.780 m très largement méconnue.
Équipe : Sylvain Perret, 36 ans – Aurélia Greff, 34 ans.
En savoir plus

3 – Explorations dans l’archipel de Nosy Hara
MADAGASCAR, du 15 septembre au 15 octobre 2010

Les tsingys de Madagascar sont désormais bien connus… Ce sont des paysages exceptionnels. Mais on ne savait pas encore qu’il pouvait y en avoir sur une petite île, à l’ouest de Madagascar: Nosy Hara a la forme d’un haricot et une superficie réduite : 2 km de long à peine… Explorer une île déserte et vierge, recouverte par ces forêts de pierre, tel est le rêve que s’apprête à vivre une équipe de trois spéléologues français.
Equipe : Séverine Lamic, 29 ans – Laurent Martin, 39 ans – Jean-Claude Dobrilla, 66 ans.
En savoir plus

4 – Hunku Project
NÉPAL, du 8 octobre au 14 novembre 2010

Six jeunes gens, deux filles et quatre garçons, tous scientifiques et passionnés de montagne et d’aventure, vont explorer la vallée de l’Hunku, au Népal, durant l’automne 2010. Cette vallée sauvage, située en marge de la région du Khumbu (le pays des Sherpa), est entourée de plusieurs sommets d’envergure dont le Chamlang (7.319 m), un sommet foulé seulement une dizaine de fois, et qu’ils vont tenter en technique alpine.
Participants : Renaud Guillaume, 28 ans – Lucas Girard, 26 ans – Alexandra Lebert, 26 ans – Marie Dumont, 26 ans – Yannick Prebay, 26 ans, Adrien Gilbert, 24 ans.
En savoir plus

5 – A la découverte des canyons du Chili
CHILI-PÉROU, du 3 janvir au 6 février 2010

Comment ne pas supposer qu’il y ait des canyons au Chili ? Et pourtant, cette discipline semble encore inconnue là-bas… Ce sera une véritable exploration, au vu des chiches informations disponible, malgré le potentiel élevé des vallées andines…
Leur objectif comprend également l’équipement des canyons pour promouvoir cette activité et ouvrir une perspective économique alternative aux nombreux guides qui pratiquent le raft au Chili.
Equipe : Gilles Leroy, 32 ans, Denis Brunet, 33 ans – Bruno Vigier-Lafosse, 50 ans.
En savoir plus