Le charme obscur de « Glooomy »

Il aura fallu six jours aux canyoneurs de l’équipe Aotearoa pour venir à bout de « Gloomy » un canyon sévère, aquatique, obscur (d’où sa toponymie). Six jours racontés par les membres de l’équipe sur leur blog avec belles photos et beaux textes. Un modèle du genre pour les Bourses Expé !

Et en avant première, ils nous offrent quelques minutes en vidéo, histoire de partager cette ambiance démoniaque, en attendant le film à leur retour !

 

Premiers canyons en Nouvelle-Zélande

A lire aussi sur le blog de l’expédition :

http://aotearoaexpedition.wordpress.com/2013/02/14/premieres-explorations/#

2013_02_14_reperages_gignoux_006-2 2013_02_14_reperage_joe_lemaitre_030-2 2013_02_14_reperages_lemaitre_002-2 OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA 2013_02_14_reperag_cushat_bedoire_014-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_056-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_037-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_024-2 2013_02_12_trajet_makaroa_gignoux_016-2 2013_02_13_trajet_makaror_lemaitre_003-2

Aujourd’hui, 13 Février, journée transport !
Nous sommes partis de Christchurch pour rejoindre Alain sur Wanaka et filer sur Makarora. Après sept heures de route, une pose baignade pour certain dans le lac Tekapo, nous sommes arrivés à destination. Nous avons planté le campement dans une jolie vallée d’où l’on voit déjà quelques canyons probablement vierges !

14 Février :
Ce matin, Bruno et Didier (qui ont déjà œuvré dans cette zone il y a quatre ans) nous ont emmené voir des objectifs de prospection qu’ils avaient repérés. Après avoir vu un nombre impressionnant de canyons, nous avons divisé le groupe en trois équipes bien énervées et nous sommes allés repérer les accès…

Le trio Alexis, Gilles et Bruno part repérer l’accès  d’Harris creek. Nous suivons une crête qui nous emmène vers la courbe des 200 m. il nous a fallu escalader dans les mousses et les fougères pour passer une barre rocheuse. Nous continuons à monter quand la pluie nous arrose copieusement. Après quelques chutes et glissades nous atteignons la courbe des 500 m. Nous rejoignons enfin la rivière. Un peu de satisfaction tout de même dans cet univers végétal ou la progression reste difficile. Nous buvons une gorgée d’eau  tandis qu’Alexis fait un point GPS. Bon, il est temps de redescendre car nous devons récupérer l’autre équipe à 17 h. Bien trempés, nous repartons en ne suivant pas la trace précédente bien évidemment. C’est donc en « slip mouillé » que nous rejoindrons les copains !

L’équipe Simon, Didier et Anthony va repérer Cushat Creek . Bien énervés nous traversons le lit d’une grosse rivière en espérant ne pas trop se mouiller mais finalement nous ne sauvons que le haut du tee-shirt. S’en suit une belle randonnée entre les fougères arborescentes  qui  au fil du dénivelé que nous accumulons nous mène à quelques escalades végétales nécessaires pour franchir de petites barres rocheuses (où plutôt moussues !). Nous arrivons sans trop de mal au lieu que nous nous sommes fixé. Superbe cette forêt primaire. Retour en utilisant une petite variante pour éviter les petites verticales, qui avec les sacs seraient pénibles. A nouveau l’eau glacée jusqu’à la taille…. Et retour au véhicule, il n’est pas trop tard, nous filons à la rencontre des autres équipes.

Le team Sandy, Tot et Jérémie s’engage dans la jungle pour repérer l’accès de Joe Creek… Nous entrons dans cette forêt luxuriante, et d’entrée un oiseau au chant vraiment hallucinant prévient ses potes de notre arrivée ! Ce lieu est surprenant de part l’épaisseur de mousse et d’humus sur laquelle nous marchons, les fougères arborescentes et les énormes arbres. Rapidement notre progression devient difficile car la forêt est incroyablement dense ! Nous rejoignons une crête qui normalement va nous permettre d’accéder au sommet des cascades observées de la route…
Après deux bonnes heures et trois cent cinquante mètres de dénivelé, nous sommes trempés par la végétation et la pluie qui se met à tomber. Mais nous entendons au loin notre canyon « Joe » ! Nous sommes tous les trois vraiment excités par cette première approche et nous arrivons enfin à le rejoindre… Nous installons une petite corde et Tot descend quelques mètres pour voir le premier obstacle : une cascade en toboggan de 20m, et derrière ça à l’air d’enchaîner serieusement…
Nous attaquons ensuite la descente qui se révèle difficile car les fougères nous cachent les obstacles dans l’épaisseur de l’humus… Nous tombons souvent dans l’épaisse végétation et Sandy a la mauvaise idée de marcher sur un nid d’abeilles plutôt hostiles et se fait piquer un peu partout… Mais il arrive quand même à s’échapper !
Sur la fin, nous « bartassons » comme des sangliers pour rejoindre la route.
Nos potes d’expéditions viennent nous récupérer en voiture et nous rentrons au camp plutôt crevés, heureux de cette première immersion dans les forêts de Nouvelle Zélande !