Bande annonce du Grand Prix 2016 des Bourses Expé

Vendredi 4 novembre, à Grenoble, venez assister au Grand Prix 2016 des Bourses Expé…

De retour d’expé, les lauréats des Bourses Expé 2015 présentent leurs aventures au public et concourent pour le Grand Prix des Bourses Expé 2016 !
Entrée libre !
Six films en compétitions en présence des équipes.
  • Au cœur de Mada • Madagascar
  • Première expé en haute altitude • Pérou/Bolivie
  • L’OR’hizon Lapon • Finlande
  • Spéléo aux Totes Gebirge • Autriche
  • La Grande Traversée Papoue • Indonésie
  • Kirgh-SKI • Kirghizstan

Télécharger l’affiche…poster-grand-prix-2016_red

Objectif atteint sur le Puscanturpa (5500 m)

État

Benoît Montfort, de l’équipe lauréate d’une Bourse Expé 2016 « Pérou on passe? » vient de nous envoyer ce message lacunaire  :

Bonjour, Juste pour dire que nous avons pu ouvrir la voie que nous voulions. Nous vous envoyons le topo! Bientôt les photos. Merci beaucoup pour votre aide!

Leur objectif était d’ouvrir une nouvelle voie sur le Puscanturpa (5500 m) au Pérou, une belle face de 800m encore peu parcourue ! L’escalade s’est déroulée du 3 au 10 août. Voici le topo de Puscaj Pucutai, leur nouvelle voie de 620 m de haut, 7a (6b obligatoire)…

VoiePuscanturpa_Perou°_Montfort

On attend les photos et le compte rendu avec impatience !

Linda Bortoletto sur le départ et dans les médias

État

Linda Bortoletto, à quelques jours de son départ pour le Tibet oriental, a une actualité chargée. Son expédition, lauréate d’une Bourse Expé 2016, consiste en une traversée en solitaire pour rejoindre les pèlerins bouddhistes autour des montagnes sacrées du Tibet oriental. Voir le projet ici.

Les prochains jours sont très médiatisées pour la jeune femme:

Lundi 11 juillet, elle sera en direct sur France Inter de 16h à 17h et elle sera l’invitée du 28 minutes d’Arte, ce même jour, à 20h05 !

Et pour les adeptes de France Culture, vous pouvez également réécouter son intervention diffusée la semaine dernière sur le thème de l’évasion et de cette notion qui nous échappe parfois qu’on nomme « instant ».

« Je vous souhaite à tous un excellent été et je reviens dès octobre, chargée de nouvelles fraîches de l’Himalaya ! »

        

Rappelons qu’il y a quelques semaines, elle publiait le récit de son premier voyage initiatique, en solitaire, du Kamchatka à l’Alaska,  « Là où je continuerai d’être »  (Le Passeur Edition).

Livre_Linda_Bertoletto

Un week-end chargé pour les Bourses Expé

Vendredi 1er avril (ce n’était pas une blague), partenaires et lauréats étaient réunis au siège de la société Expé, au pied du Vercors, pour la remise des Bourses Expé aux lauréats 2016.

Chaque expédition a pu présenter son projet, puis autour d’un buffet, les partenaires et les lauréats ont pu faire connaissance, pour discuter du matériel qu’ils vont choisir dans leur dotation. De son côté, le journaliste Jean-Benoît Vigny, qui anime la rubrique montagne du Dauphiné Libéré, faisait son miel des projets dont les équipiers résident dans la zone de diffusion du journal.

Après la visite du magasin d’Expé situé sur place, les responsables photo de chaque expédition nous avons pris la routevers le gîte situé à Châtillon-en-Diois, où va se dérouler le stage photo-vidéo le samedi et le dimanche.

Sur la route vers le gîte de Chatillon-en-Diois, après le col du Rousset. Photo Robin Coullet
Le gîte du Suel. Photo Mélaine Camous.
Samedi matin, on déballe son matos et ses modes d'emploi... Photo Robin Coullet
C'est parti sur le terrain... Photo Robin Coullet
Les stagiaires planchent sur l'écriture d'une petite séquence à filmer...
On découvre le matériel disponible
Le prof tente de déchiffrer le menu abscon d'un Lumix.
C'est parti pour apprendre à filmer avec ses appareils photo
Alexandre, le courreur des bois, suivi par ses paparazzi
Contre-plongée saisissante pour filmer Linda dans l'ascension de sa montagne sacrée
On découvre une GoPro montée sur un stabilisateur 3 axes... Photo Robin Coullet
Robin suit la progression de Mélaine sur une petite falaise école
Nicolas fixe son Pentax sur un monopode. Photo Robin Coullet
Mélaine à l'affût
Mathias et ses grandes jambes... pas facile de filmer un tel phénomène.
Le prof surveille ses stagiaires au travail

Quelques images du stage.

Pourquoi un stage ?

Depuis 4 ans, les Bourses Expé accompagnent les lauréats dans la préparation de leur reportage, photo et vidéo, en leur faisant suivre un stage et cela pour deux raisons.

D’abord, depuis l’avènement du numérique, la photographie est devenue plus facile mais paradoxalement, on n’a plus besoin de comprendre réellement comment fonctionne un appareil photo, et dans les conditions exigeantes de leur expédition, il est bon de savoir pourquoi on a réussi une photo et pourquoi on en rate une autre…

L’autre raison, c’est l’importance de plus en plus grande du sujet vidéo qu’ils doivent produire pour concourir au Grand Prix des Bourses Expé, à l’automne de l’année suivante, dans le cadre des Rencontres du Cinéma de Montagne de Grenoble. La barre est de plus en plus haute, et s’ils arrivent tous plus ou moins à trouver un copain qui s’y connaît en montage vidéo, celui-ci ne pourra pas faire des miracles si les images qu’ils ramènent ne sont pas de bonne qualité.

Mélaine Camous, projet "Pérou on commence ?"
Linda Bortolleto, projet "Les montagnes sacrées du Tibet oriental"
Robin Coullet, projet "Linea Blanca en Cordillera Blanca"
Alexande Jacquet, projet "Kayak en territoire sauvage"
Nicolas Baudier, projet "Mille et un pas sous la glace"
Olivier Vigouroux, projet "ouverture dans le Tian-Shan"
Mathias Edouard, projet "ouverture dans le Tian-Shan"

Les stagiaires. Photos LH Fage

On imagine qu’en deux jours, un tel stage ne peut faire de miracle, mais cela leur permet de tester leurs propres équipements et de connaître les bases du langage cinématographique et du montage. Leur enthousiasme et leur curiosité promettent cependant qu’à l’automne 2017, leurs vidéos seront passionnantes…

Luc-Henri Fage
Bourses Expé

Les lauréats 2016 des Bourses Expé :

De la Suisse au Kirgizstan en passant par le Pérou, l’Alaska et la Chine…

Le jury des Bourses Expé 2016 s’est réuni le mardi 15 mars, au siège de la société Expé, avec la lourde tache de choisir les six équipes lauréates parmi la cinquantaine de dossiers reçus, et un très bon niveau général cette année…
Les membres du Jury (de gauche à droite) : Grégory Thouverey (JULBO), Luc Jourjon (FFCAM), Serge Caillault (SPELEO MAGAZINE), Anthony Alves (ZULUPACK), Mathias Oddos-Marcel (EXPE), Ulysse Lefebvre (MONTAGNE MAGAZINE), Jérôme Fort (BEAL), Emeline Crabieres (PETZL), Luc-Henri Fage (BOURSES EXPE), Nadège Rochat (VERTICAL-RAIDLIGHT), Nathalie Joubert et Julien Prouteau (KATADYN GROUP).

Les membres du Jury (de gauche à droite) : Grégory Thouverey (JULBO), Luc Jourjon (FFCAM), Serge Caillault (SPELEO MAGAZINE), Anthony Alves (ZULUPACK), Mathias Oddos-Marcel (EXPE), Ulysse Lefebvre (MONTAGNE MAGAZINE), Jérôme Fort (BEAL), Emeline Crabieres (PETZL), Luc-Henri Fage (BOURSES EXPE), Nadège Rochat (VERTICAL-RAIDLIGHT), Nathalie Joubert et Julien Prouteau (KATADYN GROUP).

En tout 22 lauréats réparties en six équipes, que nous présentons par ordre de départ:


Línea blanca en Cordillera Blanca | Pérou

20 avril au 25 mai 2016

La voie envisagée se développe sur 750 m sur le ce

La voie envisagée se développe sur 750 m sur le ce

L’objectif de Robin Coullet et ses trois amis est d’ouvrir une ligne très esthétique, dans la face sud-ouest du Taulliraju (5830 m), raide et impressionnante. Ce pic situé dans la Cordillera Blanca est l’un des sommets les plus connus du Pérou, mais cette directissime, qui demande une grande polyvalence technique et promet une bonne dose d’engagement, reste vierge…

Le Taulliraju est le sommet le plus photographié du Pérou. Sa face sud-ouest, très esthétique, est accessible via un trek très fréquenté. Cette face concave est bordée par deux éperons (éperon des Italiens (1980) et Fowler/Watts (1982)) mais une ligne centrale, définie par un placage rectiligne divisant la face reste à parcourir (c’est une ligne convoitée, tentée entre autres par Corominas/Baro en 2011 et en projet pour House/Prezelj en 2005).

Cette ligne directe de 700m s’annonce technique et variée (Placage 90°, Artif, Mixte et neige), elle représente leur objectif principal et la durée de l’ascension est estimée à 4 ou 5 jours. Les deux premiers tiers de la face sont extrèmement raides : bivouac en hamac lors des tentatives précédentes.

equipe_Perou_Coullet

L’équipe : Robin Coullet, 27 ans, Jonathan Isoard, 25 ans, Simon Cauty, 28 ans, Antoine Avenas, 25 ans, tous jeunes guides de haute-montagne ou aspirant-guides, et domiciliés dans le département des Hautes-Alpes.


Kayak en territoire sauvage | Canada/Alaska (USA)

11 juillet au 11 septembre 2016

Carte de l'itinéraire en kayak de mer, 1000 km du Canada (Colombie Britanique) aux USA (Alaska)

Carte de l’itinéraire en kayak de mer, 1000 km du Canada (Colombie Britanique) aux USA (Alaska)

C’est une expédition engagée dans un territoire sauvage. 1000 km en kayak, depuis le lac Meziadin, au cœur de la chaîne côtière en Colombie britannique, jusqu’à Juneau sur les bords de l’océan Pacifique via la Nass river et le parcours côtier du « passage intérieur ». Itinéraire sauvage en autonomie complète et en interaction permanente avec la nature qui fournit l’eau, la nourriture (pêche, cueillette), l’énergie (solaire), la chaleur (bois) et le décor de cette aventure « totale ».

Leurs motivations sont multiples et prennent leur racines dans leur passion commune pour la vie sauvage, les défis sportifs, l’aventure et une curiosité insatiable :
– Le défi sportif : réaliser 1000 km en kayak dans des conditions variables (lac, rivière puis mer) et exigeantes notamment le long de la côte pacifique (eaux froides, courants, conditions climatiques difficiles)
– Apprentissage des techniques de survie : vie en autonomie en milieu naturel avec la nécessité de se nourrir, de se déplacer chaque jour par leurs propres moyens.
– Interaction permanente avec la faune et la flore.

equipe_canada
L’équipe : Clément LEJEALLE, médecin, 29 ans et Alexandre JACQUET, 30 ans, blogueur aventure web, tous deux de la région parisienne.
Blog : http://www.coureurdesbois.fr

 

 


Pérou on commence ? | Pérou

25 juillet au 30 août 2016

La paroi nord du Puscanturpa Sur ou Cayoc (5500 m)

La paroi nord du Puscanturpa Sur ou Cayoc (5500 m)

L’objectif tient en une ligne : tentative d’ouverture d’un big wall sur le Puscanturpa Sur (ou Cuyoc, 5500m) au Pérou.

Ces trois grimpeurs pratiquent le terrain d’aventure en Espagne, un peu partout en Europe et ils souhaitent découvrir des parois plus grandes afin d’y ouvrir des itinéraires rocheux. Aimant le voyage et la découverte d’autres cultures, c’est parti pour le Pérou ! Leur acclimatation se fera d’abord sur des voies d’escalade sportive à Hatun Machay, puis par la répétition d’une grande voie, “Cruz del sur”, sur El Esfinge ou Cero Paron, dans la Cordillère Blanche.

Viendra alors le Puscanturpa, au cœur de la cordillère Huayhuash, une impressionnante paroi rocheuse repérée lors d’un précédent voyage, où ils rêvent d’aller ouvrir des big wall. Deux jours de marche accompagnés de mules dans une vallée encore sauvage seront nécessaires pour parvenir au camp de base. 5 itinéraires seulement y sont ouverts, ce terrain de jeu est donc riche de promesses !

Habitués à l’escalade dans leurs chères Pyrénées, ils apprécient l’isolement des vallées encaissées. Partisans de l’escalade naturelle, ils essaieront au maximum de se passer de l’emploi des spits. De plus, ils tiennent à respecter l’environnement, tant au niveau naturel qu’humain.

equipe_Perou_Montfort

L’équipe : Lara Amoros, 28 ans, Mélaine Camou-Juncas, 23 ans, Benoît Montfort, 34 ans, tous trois professeurs des écoles, Haute-Garonne.
Blog : http://laraamoros.blogspot.fr


Ouverture dans le Tian Shan | Kirghizstan

1er août au 4 septembre 2016

Localisation du peak Gorky dans le massif du Khan Tengri. Image Google Earth.

Localisation du peak Gorky dans le massif du Khan Tengri. Image Google Earth.

Deux très jeunes grimpeurs niçois, membres de l’équipe espoir du CAF 06, partent au Kirghizstan ouvrir une voie sur le Peak Gorky. Il se situe sur la Tengri Tag, l’arête où se trouve de nombreux sommets ayant pour point culminant le fameux Khan Tengri.

Le camp de base, situé à 4100 m, entre les pics Pobeda et Khan Tengri, sera atteint en hélicoptère, comme pour toutes les expéditions dans ce massif isolé, mais ils comptent y rester le moins de temps possible, pour s’acclimater sur des lignes mixtes et des arêtes, parfois vierges, dans les alentours du Khan Tengri.

Leur objectif principal est donc le Peak Gorky (6050 m) qui propose de belles faces notamment la sud-est. Une ligne y a été ouverte récemment tandis que la formidable face sud, plus à gauche, est encore vierge. Ils y ont repéré une belle ligne où ils s’attendent à des difficultés en mixte et glace, entrecoupées de pente de neige raide, ainsi qu’une descente technique (arête cornichée et pente de neige raides par un itinéraire différent).

En plus de cet objectif, de nombreuses ouvertures sont envisageables (autres lignes possibles au Peak Chapaev) sur les autres sommets de la Tengri Tag qui sont très peu fréquentés, le Khan Tengri attirant tout les regards. D’ailleurs, si l’occasion se présente, ils tenteront le Khan Tengri, 7010 m, pour approcher la très haute l’altitude, encore inconnue de leur cordée.

equipe_KirgizstantL’équipe : Olivier Vigouroux, 22 ans, étudiant en géophysique, et Mathias Edouard Safa, 20 ans, étudiant en STAPS, région niçoise et tous deux membres du groupe espoir du CAF 06.

 

 

 


Les montagnes sacrées du Tibet oriental | Chine

1er août au 1er octobre 2016

2200 km en vélo et 800km à pied sur trois pèlerinages tibétains.

2200 km en vélo et 800km à pied sur trois pèlerinages tibétains.

Linda Bertolleto est du genre femme d’action. Ex-militaire de l’armée de l’air, puis capitaine de gendarmerie, elle a envoyé balader l’uniforme pour se réaliser pleinement en menant des expéditions solitaires, de l’Asie Centrale à l’Alaska, à la rencontre des peuples nomades.
Son nouveau projet consiste à traverser en vélo deux régions, le Kham et l’Amdo, récemment ouvertes aux étrangers, du Tibet et de se joindre aux pélerins bouddhistes dans leurs hommages aux montagnes sacrées, dont il font le tour dans le sens horaire.
Partant de Chenggdu, elle rejoindra Xining, 2200 kilomètres plus loin, en rajoutant quelques 800 kilomètres à pied durant trois lieux de pélerinages : autour du pic Minyak Konkar (7556 m), du monastère de Palpung et du pic Amnye Machen (6282 m)… Au rythme lent et régulier de la marche ou du vélo, elle va rendre hommage à la ferveur de ces populations, en s’inspirant de l’énergie de ces lieux sacrés, entre 3 et 4000 m d’altitude.

equipe_ChineLinda Bertoletto, 34 ans, consultante free-lance, Paris.
Blog : www.lindabortoletto.com

 

 

 

 


Mille et un Pas sous la Glace | Suisse

8 au 16 octobre 2016

"Vue sur la lune", un des objectifs majeurs de l'exploration sous-glaciaire.

« Vue sur la lune », un des objectifs majeurs de l’exploration sous-glaciaire.

De la spéléologie au coeur des glaces ! Cette discipline qui cumule le milieu du glacier et les techniques spéléologiques permet de descendre au cœur des glaciers, d’en explorer les recoins pour en rapporter les traces des circulations d’eau en son sein.

L’Eldorado européen de la spéléologie glaciaire est, après celui du Gorner, le glacier d’Aletsch, en Suisse. Il est le glacier majeur d’Europe et pourtant il reste peu connu des glaciospéléologues et peu de données ont été rapportées de cet univers.

Ils espérent explorer l’intégralité d’un méga moulin explorée dans les années précédentes, et dans lequel ils avaient dû s’arrêter à 40 m de profondeur devant un fort rideau aquatique. Même en explorant de nuit, le débit dépassait encore les 200 litres d’eau glacée à la seconde. Ils espèrent atteindre grâce à cet important et impressionnant “moulin” le cœur du glacier vu sa position.

Aux alentours, ils devraient retrouver une vingtaine d’autres moulins. Chaque exploration fera l’objet d’une topographie, et certains moulins étudiés selon des protocoles développés avec les scientifiques associés que sont Luc Moreau, glaciologue indépendant, et Marjorie Perroud, de l’Université de Genève C3i.

equipe_Suisse

L’équipe : Barnabé Fourgous, 37 ans, Nicolas BAUDIER, 34 ans, Laura BONNEFOIS, 29 ans, Anthony BRIGANT, 32 ans, Thomas CORNU, 34 ans, Pierre-Bernard LAUSSAC, 43 ans, Tristan GODET, 38 ans, Isadora GUILLAMO, 29 ans, Aurelie PAULET, 32 ans et Emilie REBREYEND, 35 ans, tous spéléologues, résidant dans le Vercors.


“El Riso Patron“, Grand prix 2015 des Bourses Expé

Le film de l’expédition lauréate d’une Bourse Expé en 2014 au Cerro Riso Patron (voir CR ici) vient de recevoir le grand prix 2015 des Bourses Expé à Grenoble.

Ce film d’Antoine Monneville raconte la tentative d’ouverture sur le cerro Riso Patron, perdu dans le grand glacier de Patagonie, au Chili. L’équipe de Lise Billon, Jérôme Sullivan, Martin Elias et Antoine Moineville sont partis en petit bateau de pêcheur de Puerto Eden, qui les as déposé dans un fjord loin de tout… Quelques jours passent à construire une cabane sommaire, et s’engagent vers le sommet. D’abord par la forêt magellanique, ensuite sur le glacier d’où, miracle, une éclaircie dégage le sommet, magnifique, tentateur et qui paraît si proche… Au cours de la progression sur le glacier, Jonathan disparait dans une crevasse… Extirpé par ses camarades du piège glacé, il souffre d’une luxure à l’épaule. L’expédition bascule vers un auto-secours, où l’équipe doit aider le blessé à regagner le camp de base. Il sera opéré 8 jours plus tard, à Puerto Montt…

Depuis, l’équipe n’a eu de cesse de vouloir y revenir, et cet automne 2015, au cours d’une expédition éclair, bénéficiant d’une météo exceptionnelle, réussit le sommet en trois jours. Splendide renversement de situation…

La soirée du 9 novembre en images…

Et le lendemain soir, devant le public énorme des Rencontres du Cinéma de la Montagne, projection du film gagnant…

Sur la scène des Rencontres du Cinéma de Montagne, Pascal Diaz, président d’Expé, remet le prix (1500€ de bon d’achat chez Expé) à Antoine Moineville, avec Jean-Mi Asselin en maître de cérémonie.